Galatasaray Sosyal Bilimler Dergisi Bahar 97

İsbn : 1301-3378
Dil : Türkçe+İngilizce
Sayfa Sayısı : 160
Ölçü : 16,5 x 24 cm

L'économie turque est faite d'une texture riche, extraordinairement complexe, entrecroisant croissance tendancielle soumise à des fluctuations très importantes, inflation galopante, dépréciation continue de la monnaie nationale et dollarisation marquée, déficit des opérations courantes, déficit public, inégalités de revenus, exode rural accompagne d'une explosion des grands centres urbains, chômage endémique et développement d'une économie souterraine... Pressés par la nécessité, la plupart des économistes turcs et plus largement des économistes intéresses par la Turquie scrutent les évolutions de court terme. S'attachant surtout i comprendre les phénomènes et enchaınements conjoncturels. Leurs analyses, diagnostics et remèdes ne concordent pas - c'est le moins qu'on puisse dire - mais au-delà des clivages théoriques il se dégage une espèce de consensus méthodologique fonde sur ce qu'on pourrait qualifier la surdétermination du politique sur l'économique. Ainsi, la Turquie défierait les lois économiques "pures" et sa dynamique économique s'expliquerait fondamentalement par les interférences permanentes des décisions prises par des instances politiques, qu'on sait instables voire volages. Cet article s'écarte volontairement de cette conception "politologue" et se situe dans le cadre étroit mais fructueux qui définit ordinairement le métier des statisticiens-économistes.
******