De Macédoine A Galatasaray

Yazar : Simeon Radev
İsbn : 9789754285611
Yayın Tarihi : 2016
Dil : Fransızca
Sayfa Sayısı : 227
Ölçü : 16 x 23,5 cm

Un homme se penche sur son passé... A 75 ans, amoindri physiquement par les années et déchu de ses privilèges sociaux, un homme trouve réconfort à s’immerger dans ses années d’enfance et d’adolescence, dans ces années où la vie déploie des fastes chatoyants devant un regard vierge. Combien de livres n’avons-nous pas dejà lus, qui reposent sur ce mécanisme simple ? Combien de pages sur le bonheur de vivre, sur le cercle familial et l’apprentissage à l’école, sur rouverture au monde? L’arc tendu entre l’enfance et la vieillesse, enjambant une vie entière, est un sujet d’étonnement et d’attendrissement. Le lecteur se laisse volontiers entraîner par ces evocations un peu floutées, un peu trop simples et trop colorées, il en goûte le charme de chromo suranné, il y retrouve une experience que chaque être humain partage un jour venu.
Les souvenirs d’enfance de Simeon Radev jouent avec cette iridescence, mais ne s’en contentent pas. Leur auteur est un historien, un journaliste, un diplomate, quelqu’un qui a toujours cherche à comprendre et à expliquer. L’enfance est pour lui un lieu de connaissance sur lequel l’ésprit critique peut s’exercer. Faire revivre un parcours individuel n’est pas une fin en soi: un pays tout entier, la Macédoine, une époque toute entière, la fin du XIXe siècle, s’y trouvent associés. Ce qui aurait pu n’être qu’une évocation égocentrique se transforme en outil de connaissance.
On a beaucoup réflechi sur le genre litteraire de l’autobiographie. Mais Vautobiographie d’historien n’en constitue-t-elle pas un sous-ensemble spécifique? Le lecteur de Simeon Radev reste frappé par tout ce qu’il apprend, rien qu’à suivre le cheminement du petit garçon, depuis l’enceinte de la maison familiale, au travers de ses écoles succéssives, jusqu’à la ville-monde qu’est İstanbul. Sans que le récit ne perde jamais rien de son charme narratif, une véritable leçon d’histoire nous est proposée.
Ces differents aspects font des souvenirs de prime enfance un texte d’une grande richesse, qui jusqu’à present n’a jamais ete véritablement etudié, ni presenté à un public autre que bulgare. Mais qui en est l’auteur?
******